Archives de catégorie : Actualité

Nous allons ici traité des dernières évolutions du conflit

Les bonzes radicaux

La dictature des bonzes

L’actuel président Thein Sein vient de mettre sur papier les propositions des bonzes radicaux de Organisation pour la protection de la race, de la religion et de la foi (OPRRB).

Ces moines revendiquent une unique religion au sein de leur pays. Cette nouvelle loi (en prévision) n’est en faites qu’une extension d’une précédente loi visant a stigmatiser le peuple Rohingya applicable maintenant à plus grande échelle.

Cette loi vise premièrement à contrôler le nombre de naissance dans les régions à majorités musulmanes aux nombre de deux. De plus la loi stipule que toute personne bouddhiste souhaitant se convertir devra faire référence à l’administration. Autant être plus clair en précisant qu’une reconversion vers une autre religion relèvera du mythe et n’évoquons pas le fait de se convertir à l’islam….

Là où la loi sur la religion devient encore plus fort , c’est que toute femme bouddhiste souhaitant se marier avec un ressortissant d’une autre religion devra avoir l’accord de sa famille , de la famille du conjoint ainsi que de l’administration. Mais là où la loi devient plus ridicule: le mari doit obligatoirement se convertir au bouddhisme.

L’Ouest de la Birmanie connaît des épisodes de violence agravés entre les communautés musulmane et bouddhiste, qui concernent en particulier l’ethnie très persécutée des Rohingyas en Arakan (État Rakhine). Selon les chiffres du gouvernement birman, ces violences auraient fait plus de 200 morts et environ 140 000 déportés, un chiffre largement sous estimé, selon les ONG locales.

Mais il reste encore de l’espoir dans ce pays en proie au chaos. L’église catholique fait preuve de raison pour inspiré une religion pourtant très axé sur la réflexion. En effet l’archevêque de Rengoun c’est  exprimé ainsi:

« un acte relevant de la liberté individuelle. Nul ne peut contraindre quelqu’un à embrasser ou à quitter une religion (…), pas même ses parents, l’État ou des moines. »

A sa voie vienne s’ajouter celle d’ Aung Saan Suu Kyi , ayant toujours prôné la neutralité dans ce conflit:

« ces mesures discriminatoires et ces violations des droits de l’homme ainsi que des droits des femmes « .

Nouveaux combats dans le nord de la Birmanie

L’ONU s’est alarmée de l’intensification en Birmanie des affrontements armés dans l’Etat Kachin.

« Nous sommes inquiets après des rapports faisant état de reprise des hostilités en Etat Kachin, et notamment de bombardements à proximité de villages ou de camps de réfugiés », a expliqué Pierre Peron, porte-parole du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires.

L’ONU a appelé à protéger les civils alors que les combats ont déjà fait fuir près de 100 000 personnes depuis que les affrontements ont repris en 2011 après dix-sept ans de cessez-le-feu.

L’armée a reconnu être à l’origine d’un tir d’artillerie lourde sur un camp d’entraînement de rebelles kachin ayant fait 22 morts, en une rare reconnaissance de la violence des affrontements qui se poursuivent dans le nord du pays.

ÉCHEC DES NÉGOCIATIONS

Les dernières négociations pour un accord de cessez-le-feu national entre le pouvoir birman et les groupes armés de minorités ethniques ont échoué en septembre, alors que les rébellions restent un défi majeur pour le gouvernement de transition en Birmanie. Après la

dissolution de la junte en 2011, le nouveau gouvernement a lancé des négociations de paix avec les groupes rebelles, parvenant à des cessez-le-feu avec la plupart d’entre eux.

A un an des législatives cruciales attendues fin 2015, les espoirs de paix au niveau national se sont heurtés à la méfiance et à la poursuite des combats dans certaines régions. Une trêve a déjà été conclue avec quatorze des seize principaux groupes rebelles. Mais les discussions avec la KIA et l’Armée nationale de libération Ta’ang, dans l’Etat Shan, n’ont pas abouti.

 

Source : Le Monde

Les ethnies en Birmanie